Rechercher
  • psbfondation

Découvrez le développement de la zone agricole d'Antintorona et du projet Nosy Komba

La zone agricole d’Antintorona est un projet multi-faces qui s’insère dans la démarche de développement global de We Work It Works et du projet Nosy Komba, soutenu par la Fondation.


Elle a été créée en 2008 par Maldes Monique Jean, deux agriculteurs français spécialisés dans le bio et des étudiants parisiens Virginie Maï, Marion Pezard, Antoine, Quentin et Jonathan Ragot (aujourd’hui président de We Work It Works France).


Stefano Palazzi, fondateur du projet Nosy Komba, leur donne un lopin de terre, un pilote est réalisé. We Work It Works achète alors des terres, devenues stériles, à des paysans de l'île.

Ce pierrier géant devient le terrain agricole. A l’aide de villageois prêts à devenir les nouveaux agriculteurs, la zone est réhabilitée, irriguée, prête à être plantée.


A Nosy Komba on cultive principalement du riz, de la banane et de la canne à sucre. Aujourd’hui le projet s’est beaucoup développé : on y trouve aussi des légumes, des herbes aromatiques, de la vanille...

Le potager permet de nourrir les 100 enfants internes de l'école du projet et participe à l’économie locale du village.


Le potager d’Antintorona est assez semblable à un potager français. La plupart de ce qui y pousse a été importé il y a une dizaine d’années : légumes et herbes. Pour les arbres fruitiers, nous sommes bien sous les tropiques : manguiers, des papayers, bananiers, canneliers...

Les bénévoles essaient de cultiver bio, en s’inspirant des procédés ancestraux locaux. Pour respecter la biodiversité, l’engrais provient principalement des zébus, faisant partie intégrante du paysage malgache. Ces zébus sont un vecteur de biodiversité pour la zone agricole autant qu’un atout éducatif important pour les enfants du village.


En plus de nourrir les enfants à la cantine de l’école, et parfois les villageois lorsque les récoltes sont bonnes, il peut devenir un atout pour l’économie locale et faire naitre des vocations. Une preuve de plus qu’il est important d’être autonome.


La zone agricole comprend donc ce potager, des pâturages de zébus, une pépinière de reforestation, et bientôt, un jardin botanique. Ce projet n’est pas seulement une démarche de production mais une démarche de développement global, ce qui signifie : penser également à traiter les déchets, à former des agriculteurs dès l’école, à planifier la production…



Lorsque Stefano Palazzi a demarré le projet il y a 15 ans, il a constaté que les villageois d'alors coupaient beaucoup d’arbres pour en faire du charbon, des maisons, des pirogues..., et que la forêt naturelle s’abimait et se « trouait ». Les gardes forestiers de Nosy Bé, l’Île voisine, ont appris aux bénévoles à créer une pépinière de reboisement et leur ont fourni pendant 5 ans des pousses d’arbres allant de 50 centimètres à 1 mètre.


Depuis, ils maîtrisent le processus et ont pu l’expliquer et le confier aux villageois de la zone agricole. Aujourd’hui ils font germer nos propres graines.

Afin de développer les activités et de faire face la situation actuelle, les agriculteurs de l’île ont besoin du soutien des bénévoles.

Pour en savoir plus et les aider, rendez-vous sur la cagnotte de We Work It Works France : https://bit.ly/2O9NK3c

Posts récents

Voir tout